: Essai

Page 1 sur 23123451020Dernière page »

ebook – livre numérique – critiques – Un endroit pour vivre – Jean-Philippe Blondel

Source de la critique référencée :

un endroit pour vivre – jean-philippe blondel

Le narrateur a seize ans et est en première ES. C’est un élève lambda, réservé, sans histoire. Un rêveur qui passe son temps à observer, contempler le monde. Et son monde, justement, change radicalement le jour où le proviseur décide de mettre un terme au laisser-aller ambiant. Pour lui, avant d’être un lieu de vie, le lycée doit être un lieu de travail. La reprise en main se fait à coup de

Prix : 5.99 €
Tutoriel

Tutoriel pour la lecture des livres

Une question ?

Vous avez une question ? Posez la ici !

email

ebook – livre numérique – critiques – Le garçon du Rwanda – Bernard Dan

Le garçon du Rwanda, Editions de l’Aube, Collection Regards croisés, janvier 2014, 256 p. 17,20 €  Regards croisésDepuis toujours Esther Lyon a un problème qui lui ronge l’existence : elle ne peut pas dormir. Son insomnie la pousse à côtoyer le monde médical et, d’errance en errance à la quête d’un diagnostic, elle rencontre des traumatisés de guerre telle la petite fille venue de Bosnie. Cette rencontre l’a profondément marquée mais c’est surtout le face à face fortuit entre Esther et un petit garçon qu’elle nomme d’emblée Sanembe qui va bouleverser son existence.Des années plus tard, devenue adulte et brisée par la vie, Esther revoit Sanembe qui s’appelle en réalité Camille. Tous deux vont tenter de survivre en puisant chez l’autre la force nécessaire pour continuer à avancer. En effet, si Esther a une personnalité morcelée, Camille, lui, cache un mal plus grand : celui du génocide rwandais dont il semble être témoin. Chacun va aider l’autre à surmonter sa terreur de vivre. Esther, atteinte d’un mal incurable sent la vie lui échapper lentement. Cependant, elle s’apaise en écoutant les histoires de son ami : RédacteurVictoire NGuyen

ebook – livre numérique – critiques – Les saboteurs – Eric Le Boucher

Les saboteurs de Eric Le Boucher

ebook – livre numérique – critiques – Oscar Wilde – Daniel Salvatore Schiffer

Daniel Salvatore Schiffer est agrégé de philosophie. Il enseigne la philosophie de l’art à l’Ecole Supérieure de l’Académie Royale des Beaux-Arts de Liège et …

ebook – livre numérique – critiques – Cyrano de Bergerac – Matthieu Baumier , Edmond Rostand

C’est à Patrice Robitaille, bien connu pour ses rôles dans Les invincibles et Québec-Montréal, qu’a été confié le célèbre rôle au long nez dans Cyrano de Bergerac, cette pièce-événement qui a tous les ingrédients pour plaire à un grand public.Un texte de Pasquale Harrison-JulienLa langue d’Edmond Rostand a traversé les âges pour devenir référence.Son histoire l’est aussi devenue avec le temps : celle de l’amour de Cyrano, boudé par la nature, avantagé par le verbe, pour sa belle cousine Roxane, qui, elle, en préfère un autre : le joli mais maladroit Christian de Neuvillette.Avec ses jeux de combat, sa large distribution, ses décors de grande envergure et ses costumes, la pièce a tout pour séduire un large public.« Le théâtre, c’est supposé être magique, c’est supposé être joué à deux, nous et vous, explique le metteur en scène Serge Denoncourt. Et on a beaucoup travaillé avec les acteurs, avec Patrice, à dire : « je ne veux pas que les gens se sentent exclus ».Et le public ne se fait pas prier. Il est attentif, réagit, rigole en écoutant une pièce pourtant touffue avec plus de 1600 vers.« Ça fait partie du plaisir je trouve, de s’approprier de cette langue qui est improbable finalement, mais de se l’approprier tellement qu’elle finit par nous porter », raconte Magalie Lépine-Blondeau,Il ne faut toutefois pas chercher bien loin la réussite de cette nouvelle mouture de Cyrano. Patrice Robitaille impressionne par sa parfaite maîtrise du texte et séduit par le charisme qu’il insuffle au personnage.« Je me plais à dire que moi, je suis un innocent, donc, moi je suis loin d’être un historien de l’art, moi je suis un acteur. Comment ça doit être joué ou monté? J’en ai rien à faire. »Ce Cyrano de Bergerac estival remplit ses promesses de divertissement même une fois le rideau tombé. Il donne envie de retourner à l’original, pour savourer encore un peu plus longtemps les mots de Cyrano.Cyrano de Bergerac prend l’affiche cette semaine au Théâtre du Nouveau Monde à Montréal.Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.data-href= »https://www.facebook.com/HuffPostQuebec » data-send= »truedata-width= »570″data-show-faces= »false »data-font= »arial »>Suivre @HuffPostQuebec!function(d,s,id){varjs,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location)?’http’:’https’;if(!d.getElemFentById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src=p ‘://platform.twitter.comDF/widgets.js’;fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, ‘script’, ‘twitter-wjs’);Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?

ebook – livre numérique – critiques – Le retour de Bouvard et Pécuchet – Frédéric Berthet

Bouvard et Pécuchet ont littéralement tué Gustave Flaubert, qui leur a consacré les huit dernières années de sa vie. Interrompu en 1880, le monument de papier élevé par l’auteur du Dictionnaire des idées reçues à la bêtise contemporaine, parut l’année suivante, inachevé. Un siècle et quelque après, Frédéric Berthet (1954-2003) réveille les deux greffiers – qui n’étaient pas tout à fait morts. Sortis d’une longue sieste, ils sont réactivés, tels des espions, des taupes. Les voici dans la France des années 1980. Bouvard et Pécuchet font de leur fermette normande le siège d’une radio libre. Ils se réconcilient avec l’entreprise, créent des emplois. Puis, ruinés, montent à Paris. Découvrent le Minitel, la Bourse, l’homosexualité, le fitness. Enfin se rendorment, non pas assommés, plutôt bercés par la cadence légère du style de Berthet.Ou de Flaubert corrigé par Berthet ? En matière de pastiche, celui-ci a un prestigieux devancier, le Marcel Proust de 1896, signant à 25 ans un Mondanité et mélomanie de Bouvard et Pécuchet. S’amusant déjà du système d’apposition flaubertien : des séquences de trois vocables ou membres de phrase. Chez Berthet, cela donne : « Il faudrait veiller à s’habiller autrement, suivre les tendances, connaître des adresses. » L’auteur de Daimler s’en va ne vouait sans doute pas moins que Flaubert une haine farouche à son époque. Plus modeste dans ses visées que son modèle, il tire de ses observations aiguës un nectar subtil, qui se boit comme du petit-lait. Bouvard et Pécuchet demeurent des imbéciles, propres à s’extasier ou se consterner comme des enfants. Mais leur désir boulimique de savoir, dominant chez Flaubert, est ici un souci constant d’être dans le coup. Pathétiques et touchants, ces fantômes dépareillés escortent Frédéric Berthet dans une promenade littéraire sans lendemain. Ce Retour fut en effet son dernier livre (1), et le fait regretter.

ebook – livre numérique – critiques – La Discrétion – Pierre Zaoui

« Se faire subitement discret, c’est abdiquer pour un moment toute volonté de puissance. » Ou comment disparaître soi-même, pour (mieux) voir l’autre apparaître. Subtile et artistique, cette dialectique est au centre du nouveau livre de Pierre Zaoui — auteur, en 2010, d’un très bel essai sur les moments de crise existentielle, La Traversée des catastrophes. Toujours aussi attentif à la fragilité, le philosophe cherche aujourd’hui à creuser l’envers de notre modernité hyper médiatisée, dominée par le règne de la visibilité et la course vers la célébrité. Il propose une généalogie, à la force sauvage et discontinue, du concept de « discrétion » (saint Thomas, Pascal, Baudelaire, Blanchot, etc.), qu’il choisit de placer sous les auspices d’une phrase du Journal de Kafka : « Dans ton combat avec le monde, seconde le monde. » Remisés les ego surdimensionnés et autocentrés ! La discrétion n’est en rien une petite expérience privée. Cet art de disparaître au profit de l’éclosion du monde et de la beauté des choses, Zaoui le déplie et le déploie avec une grande sensibilité jusqu’à lui faire connaître un envol subversif : se faire discret, c’est résister à la caméra de surveillance de l’époque, c’est vivre une expérience politique, une disponibilité urbaine et démocratique. Pour le dire en termes discrets, c’est laisser « un peu de place aux autres et au monde ». — Juliette Cerf   | Ed. Autrement | 160 p., 14 €.

ebook – livre numérique – critiques – Le Tournoi des ombres – Hervé Jubert

Un second volet encore plus réussi que le précédent… Steampunk enthousiasmant !-Fantastique/fantasy/ Jubert Hervé

ebook – livre numérique – critiques – Les Mots que j’aime – Philippe Delerm

Une déclaration d’amour aux mots les plus sensuels, les plus gourmands, avec des surprise et de la volupté. Pas vraiment surprenant mais toujours délicieux de la part de Philippe Delerm…

ebook – livre numérique – critiques – L’enfant de Schindler – Leon Leyson

Alors que tout semble perdu pour Leon Leyson, déporté à l’âge de douze ans dans un camp de concentration, un homme – un nazi – lui redonne espoir. En l’employant comme ouvrier dans son usine, Oskar Schindler fait du petit Leon le plus jeune inscrit sur sa liste. Une liste qui sera synonyme de vie pour lui mais aussi pour des centaines d’autres juifs pris dans les filets nazis.

Page 1 sur 23123451020Dernière page »